Les nouveautés Sagesse d'un métier Brève Histoire Ingénues Fictions L'âme des choses Hors collection

Rechercher
 

Brève Histoire


Une brève Histoire du Christianisme
Une brève Histoire du Christianisme
Jacques Arnould

Date de parution : 15 octobre 2012
ISBN : 978-2-915543-44-5
10,5x21 cm
Broché
144 pages

14,90 €



1 Une belle histoire
Il s’appelait Jésus, ce qui, en hébreu, signifie « Dieu sauve ». Un nom couramment choisi par les gens de son peuple dont l’histoire était riche, trop riche peut-être, de guerres saintes et de luttes religieuses, d’actes de bravoure et de crimes sordides, tous accomplis au nom d’un Dieu dont personne n’osait plus prononcer le nom de crainte de le souiller, et encore moins désirer voir sa face de peur de mourir.

2Babel, la séduisante
Babel. En hébreu, la porte de Dieu, l’accès au divin. Le rêve de tout croyant pour lequel il est prêt à entamer la quête la plus approfondie et le pèlerinage le plus éprouvant, à consacrer l’ardeur de sa foi et les ressources de son intelligence, à sacrifier les bonheurs promis par l’existence sur Terre… et, parfois aussi, la vie de ses congénères.

3Nicéphore, ora pro nobis
Un peu plus de dix siècles les séparent, mais ils portent le même prénom, à la fière racine grecque : Nicéphore, Νικηφόρος (Nikêphoros), autre- ment dit le victorieux. L’un était patriarche de Constantinople, au début du XIe siècle ; l’autre a mené sa carrière d’inventeur en Bourgogne. Depuis sa chaire d’évêque, le premier a déclaré : « Si l’on supprime l’image, ce n’est pas le Christ mais l’univers entier qui disparaît » ; le second, nommé Niépce, est le pionnier de l’art photographique. Fidèles à leur prénom, les deux hommes ont mené le même combat, remporté la même victoire, celle de l’image, l’un sur le champ de l’idéologie, l’autre sur celui de la technique.

4Schismes, réformes et vieilles querelles
Si le mot δόγμα (dogma) signifie opinion et celui de δοκέω (dokéô) paraître, penser ou croire, le terme de dogme a reçu dans l’histoire des idées une définition significativement plus réduite, celle d’une affirma- tion considérée comme fondamentale, incontestable, intangible, au point de pouvoir être imposée par une autorité religieuse ou philosophique,
politique ou scientifique.

5 Au-delà du bout du monde
Dans la nuit du 11 au 12 octobre 1492, alors qu’il tente de rejoindre le Japon et les Indes par une voie maritime occidentale, Christophe Colomb aperçoit, enfin, une côte. Lorsqu’il comprend que ses trois caravelles n’ont pas abordé l’Asie mais un monde inconnu des navigateurs, il se prend à rêver : aurait-il retrouvé le paradis terrestre dont les ancêtres de l’humanité, Adam et Ève, avaient été chassés ?

6 Requiem pour Darwin
Charles Darwin a été considéré par beaucoup de chrétiens comme leur ennemi public n° 1, de son vivant comme après sa mort. Pourtant, le champ, plein d’ornières, de tranchées, de chausse-trapes, qui est celui des relations entre les sciences et le christianisme lui doit beaucoup et, pour le moins, un requiem.

7 In God we trust
« Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » La leçon de Jésus est simple : le règne spirituel que le prophète de Palestine annonce ne prend pas la place des règnes temporels ; il les surpasse, les surplombe. Les apôtres donc invitent les chrétiens à obéir aux autorités politiques, à payer l’impôt. Que devient toutefois cet enseignement lorsque le revers des pièces est frappé du symbole de la croix ou, mieux encore, lorsqu’en 692 Justinien fait frapper sa monnaie d’un buste du Christ ?

8Dieu se met au vert
Le 26 décembre 1966, Lynn White, historien médiéviste de l’université de Californie, est invité à parler devant une assemblée de l’American Association for the Advancement of Science ; il choisit le titre suivant : The Historical Roots of Our Ecologic Crisis – Les racines historiques de notre crise écologique.White n’y va pas par quatre chemins : il accuse purement et simplement le christianisme occidental, l’arrogance humaine qu’il encourage,  la prééminence qu’il confère à l’esprit scientifique sur celui des arts, la place accordée à l’idée de progrès, bref ce qui est communément appelé l’anthropocentrisme chrétien, d’être le principal responsable de la dégradation avancée de l’environnement terrestre, de la crise écologique qui touche notre planète.

9Demain, l’Apocalypse
Quel goût une histoire du christianisme, aussi brève et inachevée soit-elle, laissera-telle dans la bouche et les entrailles de son lecteur ? Difficile de la conclure d’un happy end : tour à tour amères et douces, trop nom- breuses restent ses pages qui paraissent faire écho à celles écrites par Jean et qui constituent le dernier des livres de la Bible, celui qui porte le nom d’Apocalypse. N’en demeure pas moins le témoignage des croyants qui, chacun à leur mesure, ont vécu une belle histoire, celle d’une intrusion et d’une expérience de la tran- scendance. Malgré les faux départs, les errements, les impasses, sans ignorer les audaces récompensées, les succès, l’histoire du christianisme apparaît alors comme une suite de commencements à laquelle il convient, pour l’heure, de ne pas apposer le mot de fin et de donner pour seul nom celui de révélation.
D’apocalypse.

Jacques Arnould, né en 1961, est un philosophe, historien des sciences et théologien français, chargé de mission « sur la dimension éthique, sociale et culturelle des activités spatiales  » au Centre  national d’études spatiales (CNES).